la presse en parle ...


“Mohair du Poitou secret” dévoile son savoir-faire

la Nouvelle République, publié le 04/05/2019


La ferme du Bois de Praille à Benassay ouvre ses portes, dimanche. Immersion dans l’élevage de chèvres angora et du mohair. Journée douceur assurée.

 

Isabelle Venier reste, pour l’instant, la seule éleveuse de chèvres angora dans le département de la Vienne. Pour la quatrième année, cette cheffe d’exploitation ouvre, ce dimanche 5 mai, les portes de sa ferme du Bois de Praille à Benassay au grand public. Un événement qui draine depuis sa création un petit millier de personnes.

NR © Photo Didier Monteil



Inauguration de la boutique à la ferme

la Nouvelle République, publié le 30/10/2018


Chaussettes, gants et châles : des fabrications authentiques.

 

Au lieu-dit “Le bois de Prailles”, commune de Benassay, un groupe de chèvres angora coule des jours heureux. Pouponnée par Isabelle et Philippe Venier, la quarantaine de chèvres produit deux fois par an environ 4 kg de mohair, production qui, après avoir voyagé en France et Italie, se retrouve transformée en chaussettes, châles, gants, foulards, tricots, bonnets, étoles et autres fabrications authentiques de pur mohair aux couleurs chatoyantes et durables.



Benassay : la filière mohair française tutoie l’excellence.

la Nouvelle République, publié le 18/05/2018


NR © Photo Didier Monteil

Qu’ils se rassurent, aucune pratique de ce type n’existe en France !

Installée à Benassay, Isabelle Venier, seule éleveuse dans la Vienne de chèvres angora, produit de la laine mohair de haute qualité tout en choyant ses animaux.

La vidéo choc de l’association de défense des animaux PETA (Pour une éthique dans le traitement des animaux) dévoilée sur YouTube, reprise par des chaînes de la télévision française et relayée sur les ondes nationales, qui a révélé la maltraitance des chèvres angora, lors d’une tonte en Afrique du Sud, a ému les grandes marques de prêt à porter. Depuis, celles-ci boycottent les articles à base de mohair. La contre publicité faite par ces techniques brutales a également heurté des citoyens français.



Mobilisation de la filière mohair française face à l’injonction de boycott des articles à base de mohair lancée par PETA France.

Communiqué de presse AFP de l'ANECA - le 4/05/2018

En partenariat avec les membres de la filière du Mohair Français :

Structure d’amélioration génétique : Capgènes /section Angora

Structures de Transformation et de promotion : Sica Mohair, EurECA et le Mohair des Fermes de France.


L’ensemble des éleveurs français de chèvres angora, organisés en filière depuis plus de 30 ans, garantissent une production de mohair de haute qualité indissociable du BIEN-ÊTRE de leur ANIMAUX.

logo Capgenes, organisme d’indexation génétique caprin

Depuis les années 80, en France, une poignée de personnes passionnées par la chèvre angora et la fibre mohair a décidé de mettre en place la filière du mohair français. Ces éleveurs novices, considérés souvent par le monde agricole comme “farfelus”, sont allés chercher au Texas et en Australie quelques chèvres angora afin de constituer leur troupeau.

 

Pour vivre de leur passion et en accord avec leur choix de vie, respect de l’humain et des animaux, ils ont choisi de mettre en place un système de production qu’ils maîtrisent du début à la fin : élevage, tonte, transformation et commercialisation du mohair en direct.


Les éleveurs français ne vivent pas grâce à un volume de mohair brut produit mais transforment leur propre mohair pour confectionner des articles textiles dont la qualité du produit fini ne peut être dissociée de la qualité de vie des animaux.

Cela fait près de 40 ans que cette filière française s’est organisée. Elle compte à ce jour plus d’une centaine d’éleveurs et, bien que petite à l’échelle des autres filières agricoles, se bat depuis toutes ces années pour faire connaître son activité et son produit exceptionnel. Depuis quelques temps, les fibres naturelles redeviennent à la mode, et le mohair n’échappe pas à la règle.

Les grandes enseignes vestimentaires l’ont bien compris, mais la recherche des plus bas coûts de production entraîne les dérives telles qu’elles nous sont rapportées aujourd’hui : une maltraitance des animaux liée à une exploitation éhontée des ouvriers agricoles. En ce qui concerne le mohair mondial, les tondeurs, qui sont payés au poids, recherchent le rendement et en oublient la relation privilégiée qui lie l’éleveur à ses animaux.

La prise de conscience du consommateur sur les dérives du monde capitaliste bouscule les mentalités et c’est tant mieux. Ces actes de barbarie condamnables sont enfin mis au grand jour et nous les dénonçons fermement.

 

Pour autant, il ne faut pas faire l’amalgame avec le mohair produit en France qui est d’une qualité exceptionnelle et qui répond à des considérations éthiques tout au long des étapes de production.

  • La tonte est réalisée soit par l’éleveur lui-même soit par des professionnels ayant des compétences adaptées (manipulation douce, morphologie de la chèvre, respect de la fibre), et toujours dans les meilleures conditions pour l’animal.

Pour nous, éleveurs français, ce métier est un choix de vie. Nos fermes sont ouvertes à tous et à toutes. Vous verrez comment sont dorlotées nos chèvres lors des visites de fermes ou des journées portes ouvertes et à quel point nous aimons notre métier.

Si la situation dénoncée vous choque comme elle nous choque, soutenez le mohair français issu de nos élevages.

 

ANECA Association Nationale des Éleveurs de Chèvres Angora

Les Nauzes - 81 580 SOUAL : Tél. 05.63.82.52.72 (Permanence uniquement le vendredi)  Fax : 05.63.75.54.59

Courriel : aneca@arsoe-soual.com


Les chèvres Angora ont fait venir 500 visiteurs.

la Nouvelle République, publié le 15/05/2018


Les portes ouvertes à la Ferme du Bois de Praille, chez isabelle et Philippe, ont attiré quelque 500 visiteurs.

C’est une autre façon d’élever les chèvres angoras (qui fournissent le fameux mohair) que 500 visiteurs ont découvert aux portes ouvertes à la ferme du Bois de Praille, proche des Forges. Dès 10 h 30, Philippe Venier a pris le temps d’expliquer l’élevage des chèvres angora et la transformation du mohair avec une soixantaine d’éleveurs de l’Association le Mohair des Fermes de France.

© Photo NR



Le mohair du Poitou ouvre ses portes

Cette année, ce sont quarante chèvres et boucs angora qui composent le troupeau d’Isabelle Venier. « Dont les 8 naissances de cette année : Ombelle, Oural, Orion, Origan, Opale, Oslo et O’lala ...

la Nouvelle République, publié le 05/05/2018



Droit de réponse face à l’injonction de PETA France de “boycotter“ les articles textile confectionnés avec du mohair.

Communiqué de presse de l'Association “Le Mohair des Fermes de France“ - le 4/05/2018


La marque “Le Mohair des Fermes de France“ garantit  un mohair produit dans le respect du bien-être animal. La diffusion par PETA France d’une enquête portant sur les conditions d’élevage des chèvres angora dans certaines exploitations agricoles d’Afrique du Sud a ému et bouleversé l’opinion publique. L’association “Le Mohair des Fermes de France“ remercie PETA France de toujours veiller au bien-être animal et s’insurge contre ces pratiques.


“Le Mohair des Fermes de France“ est la Marque Collective dont se sont dotés les producteurs de mohair français. Dès 1994 nous avons pris l’engagement :

  • D’élever nos chèvres Angora dans le plus grand respect du bien-être animal
  • D’utiliser exclusivement pour nos articles le mohair issu de nos élevages.
  • De confier la transformation de nos toisons aux meilleurs artisans
  • De travailler dans le respect de tous nos partenaires (façonniers, salariés…)

Nous élevons des Chèvres Angora et produisons du mohair depuis le début des années 80.
Parfaitement transparents dans nos pratiques :

  • nous privilégions la vente directe
  • nous ouvrons quotidiennement les portes de nos fermes au public

Les maltraitances dénoncées par PETA France obligent les grands noms de l’industrie d’habillement à se positionner et à remettre en cause l’utilisation de mohair dans leurs textiles. En réponse à ces grandes enseignes qui déclarent “chercher une alternative au mohair“, nous les invitons tout simplement à utiliser “Le Mohair des Fermes de France“ qui répond à tous les critères d’exigence en terme d’éthique.
Nous, éleveurs français adhérents à l’association “Le Mohair des Fermes de France“ déclarons :       

  • Posséder des troupeaux à taille humaine (de 20 à 250 têtes)
  • Prendre le plus grand soin de nos animaux chaque jour de l’année
  • Tondre nous-même nos animaux ou utiliser les services d’un tondeur professionnel spécialisé en Chèvre Angora (payé “à la bête“ dans le respect d’un temps de travail respectueux du tondeur et des animaux)
  • Ne pas pratiquer le tatouage de nos chèvres qui a été remplacé depuis de nombreuses années par le bouclage.

La majorité des éleveurs de chèvres angora français sont fiers de pouvoir dire qu’ils n’envoient jamais leurs animaux à l’abattoir. En effet, aussi bien les mâles que les femelles produisent du mohair et peuvent donc passer toute leur vie dans l’élevage. Le mohair des jeunes, très fin, est destiné aux vêtements et accessoires de mode, le mohair plus fort est destiné aux tissus d’ameublement (plaids et couvertures). Il est ainsi courant que les animaux meurent de leur belle mort sur nos élevages français.

Le Mohair des Fermes de France n’est pas une “INDUSTRIE“
Il participe

  • au maintien de petites fermes paysannes françaises
  • à la transmission des savoirs-faire locaux et ancestraux

Il s’imprime

  • dans une notion de partage culturel et de développement durable.

Le Mohair des Fermes de France, si vous souhaitez obtenir plus d’informations :

Mme Aurélie Dumény (Présidente de l’Association) : 06 11 13 40 44 ou aurelie.dumeny@gmail.com
Mme Liliana Barillé (membre du Conseil d’Administration) : 06.11.70.04.45 ou Lnbarille@wanadoo.fr